959

Qu’il m’ait fallu des décennies pour sentir à quel point
J’étais profondément depuis le jour de ma naissance
Assujetti au rêve douloureux de ma famille
M’étonne je tiens pourtant pour plus étonnant encore
Qu’à présent je m’en sorte la vibration de ma voix
Et mon corps coïncident la lumière du soleil
Suffit à ma joie je refais lentement mon retard

2 réponses à “959”

  1. YM a écrit:

    Antimémoires ?

  2. Loic M a écrit:

    Tout à fait.

Laissez un commentaire